Témoignage Leïla

Témoignage de Leïla lors de son baptême

Du plus loin que je m’en souvienne, j’avais à peu près 1 an et demi/2 ans, je conversais avec Dieu, j’en ai un souvenir vivant et très présent, Jésus-Christ était mon confident.

Mon enfance a été solitaire, bien que j’avais 4 sœurs et 3 frères, j’étais la petite dernière, toujours en décalage et en retrait. J’étais pourtant une petite fille enjouée, très joyeuse et très souriante, toujours prête à rendre service. Ma mère me repoussait toujours à mon grand étonnement, l’amour et les câlins ne faisaient pas partie de ses habitudes. Elle préférait mes sœurs aînées. Plus tard à l’adolescence, je me heurtais à une incompréhension, face à ce mur de non-communication, peu de douces et réconfortantes paroles envers moi, beaucoup de refus, bien que j’avais toujours le gîte et le couvert, j’évoluais dans une atmosphère de clair-obscur, extrêmement anxiogène.

Ma sœur a été apprentie coiffeuse, par la suite son patron l’épousa, cet homme se vantait d’être franc-maçon, je ne savais pas ce que cela signifiait, j’étais trop petite. Quelques années ont passé, ma sœur divorça puis trouva du travail dans une clinique psychiatrique. Elle suggéra à ma mère de m’y faire interner parce qu’elle me trouvait un peu trop mystique à son goût. Ma mère s’exécuta. J’y suis restée 3 mois, je n’avais alors que 14 ans. Ensuite on m’emmena à la DDASS de Cognac, loin, très loin de chez moi, et j’y suis restée jusqu’à ma majorité. J’étais une jeune fille apeurée et timide parmi ces cas sociaux, ces filles perdues et rejetées par le système. A ce moment, je commençais à m’intéresser au bouddhisme, je cherchais ma voie et surtout j’avais besoin de croire.

A 18 ans, j’ai eu la chance de trouver du travail comme secrétaire de direction, puis comme animatrice radio, je trouvais ma vie enfin agréable ! Malheureusement, ma sœur (mais cela je ne savais pas) a provoqué une rencontre avec l’homme qui deviendra le père de mes 4 enfants : Sami, Shaïna, Ilona et Naëma. Ma jolie vie fut de courte durée ! Il me battait, me trompait avec ses collègues de travail et même aussi avec ma propre sœur ! Un jour, s’en fut trop, j’organisais mon départ en catimini, je pris mes bébés sous le bras afin de nous cacher dans les montagnes de Savoie. J’ai pu enfin me reconstruire et surtout élever mes enfants dans la douceur, les rires et l’Amour.

Cependant, j’avais le mal du pays, et ma petite dernière réclamait ce papa qu’elle avait à peine connu, je décidais donc de revenir dans le centre de la France. Grave erreur ! Mon ennemi invisible était toujours là ! J’avais retrouvé un semblant d’équilibre et pleine d’entrain et d’espoir, des personnes à première vue gentilles vinrent se lier d’amitié avec moi, en fait, une chose aussi horrible que bizarre m’arriva, je fus en 2006, victime de « gang-stalking » : c’est à dire, victime de harcèlement collectif mené par tout un groupe d’individus qui vous prennent alors pour cible. Sans répit, des inconnus me harcelaient, m’espionnaient et me suivaient aussi dans la rue, à pied ou en voiture. J’ai cru devenir folle, n’osant raconter ces faits à personne.

Finalement, ces faits horribles se sont arrêtés 6 ans après avoir débuté. J’ai voulu mener ma propre enquête qui m’a conduite à la franc-maçonnerie, cette secte pratique des rituels stupides et cruels.
Je décidais alors de m’isoler et d’étudier sérieusement cet étrange monde de la franc-maçonnerie.

Un beau jour je suis tombée sur une vidéo de Morgan Priest, ancien franc-maçon, qui racontait sa conversion en Christ, cela a été un choc ! Une révélation ! J’ai pleuré tout ce que je pouvais, une joie immense m’a envahie, je me suis mise à genoux, et tout en pleurant, j’ai supplié Dieu de me pardonner de l’avoir oublié pendant tant d’années ! J’ai remercié Dieu d’avoir envoyé Jésus mourir sur une croix pour me sauver de mon égarement.

Cela fait 2 ans et demi que je suis en Christ, et bien des choses ont changé en moi et dans ma vie. J’ai immédiatement arrêté les relations toxiques. Ma vie a changé ! Plus aucune angoisse, plus de sorties. J’ai repris ma Bible que j’avais au fond d’un placard et qu’un ami, il y a longtemps m’avais donné avant de mourir. Depuis, et malgré les difficultés liées au quotidien, l’anxiété qui était ma compagne m’a quittée. Je n’ai plus peur car je sais que je suis DANS ce monde, mais je sais aussi que je ne suis PAS de ce monde. Dieu m’a tendu les bras et je dis merci de tout mon cœur et de toute mon âme, à mon Seigneur et Sauveur Jésus-Christ.

Leïla

Scroll Up
error: